panier
Votre panier est vide
auteur(e)
Bayol-Thémines, Lionel
résultat(s) x 1

fermer
Né à Castelsarrasin en 1968. Vit et travaille à Paris.
Biochimiste de formation, Lionel Bayol-Thémines est photographe autodidacte. Membre actif du collectif Lucette Omnibus dans les années 90, il dirige le Forum de l’image à Toulouse de 1998 à 2002, avant de s’installer à Paris en 2004. Résident permanent de la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques (FNAGP), il se consacre depuis lors à sa recherche personnelle et enseigne la photographie.

Après avoir longtemps développé une recherche plastique centrée sur l’humain, Lionel Bayol-Thémines élabore un univers visuel où coexistent de manière symbiotique deux mondes, ou plutôt deux espaces, l’un réel, l’autre virtuel.
Inspiré par le philosophe Vilém Flusser - qui a questionné l’histoire des images et leur processus de création - ou encore par certains artistes - tels Joan Fontcuberta - qui ont travaillé sur la « vérité » de la photographie, sur sa capacité à représenter le réel, à témoigner ou à manipuler l’Histoire, Lionel Bayol-Thémines fabrique des images singulières qui interrogent la capacité de la photographie numérique a générer d’autres « réalités ». L’artiste revendique également la dimension matérielle des images, en élaborant des dispositifs qui sont de véritables sculptures photographiques. Dans un éditorial intitulé « Ceci n’est pas un photographe », le théoricien de la photographie André Rouillé écrit à son sujet :

« La nature composite et mixée (informatiquement) des oeuvres de Lionel Bayol-Thémines les sépare de la photographie dont elles font littéralement exploser la poétique et le régime de vérité.
[…]
Les oeuvres de Lionel Bayol-Thémines, comme celles des plasticiens qui se situent à la croisée des univers de la photo, de l’art contemporain et du numérique, ne sont pas moins vraies que les plus célèbres photos de reportage. Les unes et les autres sont seulement différemment vraies. Elles se réfèrent à des régimes antagonistes de vérité. Alors que les clichés documentaires reposent sur la croyance que la vérité se collecte et se capte par contact et enregistrement à la surface des apparences, les oeuvres photographiques des plasticiens sont le fruit d’une démarche constructiviste ouverte dans laquelle la photographie est un matériau plastique choisi pour ses capacités à enregistrer — et, en tant que matériau, promise sans limites à tous les assemblages, mixages et actions plastiques.
La vérité photographique est constative, visuelle et affirmative, à la différence de la vérité plastique qui est plus processuelle, discursive, problématique et sensible. Lionel Bayol-Thémines ne représente pas quelque chose, il exprime plastiquement des phénomènes anthropologiques, culturels et langagiers qui débordent l’ordre des choses et du visible.
[…]
L’œuvre de Lionel Bayol-Thémines est pleinement contemporaine dans la mesure où elle est en résonance avec l’état présent d’un monde devenu insaisissable de manière unitaire, et impossible à totaliser. Un monde où se juxtaposent des temps, des vitesses et des espaces, et où l’un des enjeux de la création est de tracer des chemins dans le chaos… »
André Rouillet
(Paris-Art, 12 juin 2013)


→ site internet
Ghost
Lionel Bayol-Thémines
10.05.2017 Editions Enigmatiques