panier
Votre panier est vide
Rhinoceros collection Livraison
Livraison 08
Traduire/Translating
Collectif, Hervé Roelants, Stephen Wright, Hashem El Madani, Jakup Ferri, Oscarine Bosquet, Gaëtan Dorémus, Jonathan Monk, Stephen Gill, Vuc Cosic, Klaus Scherübel, Sabica Senez, Mladen Stilinović, Emily Jacir, International Errorists, Antoinette Ohannessian, Tony Chakar, Carina Diepens, Ghislaine Glasson-Deschaumes, Rada Ivekovic, Emily Jacir, Malik NejmiI, Jocelyn Robert
10 juin 2007
Traduire est donc à prendre ici au sens le plus large : celui de transformations successives, de ré-interprétations, de relectures de couches de sens quelles qu’elles puissent être. Et cela inclut toutes les organisations de signes : les langues, bien sûr, mais aussi les images, les codes, les contextes, les connotations.
7 EUR
+ expédition
AJOUTER AU PANIER

 

Hervé Roelants et Stephen Wright, les deux "coordonnateurs" (terme que rhinocéros préfère à celui de "rédacteur en chef" ou de "directeur"), défendent d’emblée les conséquences radicales de cette conception de l’acte de traduire. Comme l’annonce l’éditorial, "nous sommes tous des auteurs responsables de l’état du monde, qui traduisons au fur et à mesure des configurations instables en d’autres, tout aussi instables, parce que traduites à leur tour" - remettant ainsi en question la figure même de l’auteur, de l’autorité. S’il y a bien des auteurs (artistes, écrivains, ou autres) dont les contributions forment la matière de la publication, ils sont tous non seulement traduits (d’une langue à l’autre, d’un système de signes à un autre) mais aussi traducteurs, en ce qu’ils repèrent, interprètent, reformulent et transforment des situations, des signes, des organisations, des matériaux préexistants. Cette approche brouille les séparations commodes entre artistes / auteurs d’une part, et spectateurs / lecteurs de l’autre, assignant à ces derniers un statut de co-auteurs (et donc de co-responsables) de l’état du monde.
En cohérence avec cette idée de relecture permanente, l’ensemble de la revue est organisé en boucle, s’ouvrant et se fermant (si l’on peut dire) sur une même phrase : "An artist who cannot speak English is no artist" ("Un artiste qui ne sait pas parler anglais n’est pas un artiste"). Brodée sur une banderole en 1992 à Zagreb par l’artiste Mladen Stilinovic, cette affirmation a une résonance critique particulière dans les ruines de l’ex-Yougoslavie et face à l’impérialisme culturel et économique des Etats-Unis. Mais quand, en 2005, Jakup Ferri - un jeune artiste kosovar - la reprend, elle n’est plus qu’une constatation, même si l’artiste ne semble pas vraiment maîtriser l’anglais. Et cette même phrase, à nouveau citée sur la tranche d’une publication bilingue, développe encore d’autres paradoxes.
Autour de cette boucle se déplient les autres contributions. Le partis-pris graphique de la revue peut être considéré comme une contribution en soi. Il est lui-même une nouvelle traduction (lecture/interprétation/écriture) du contenu de la revue. Bien qu’il y ait un certain nombre de textes, la revue ne comporte aucun signe typographique (excepté ceux qui sont déjà des images, dans les contributions de Senez et Cosic), si ce n’est de façon fantomatique, en surimpression transparente sur la couverture. Chaque texte a été retranscrit manuellement, le transformant ainsi en image, en dessin. Livraison #8 n’est pas seulement une publication traitant de la traduction, c’est aussi, en soi, une traduction possible.

---
Avec la participation d’Oscarine Bosquet, Tony Chakar, Vuc Cosic, Carina Diepens, Gaetan Doremus, Jakup Ferri, Stephen Gill, Ghislaine Glasson-Deschaumes, International Errorists, Rada Ivekovic, Emily Jacir, Hashem El Madani, Jonathan Monk, Malik NejmiI, Antoinette Ohannessian, Jocelyn Robert, Klaus Scherubel, Sabica Senez, Maden Stilinović.
0 commentaire

TÉLÉCHARGEMENT PDF
dossier de presse
110.17 kB
tag(s)
Art revue traduire Translating Rhinoceros partager

INFORMATIONS
langue Français - Anglais
16,5x24cm
192 p.
poids 331 g.
isbn 978-2-913803-25-1
issn 1631-218X
code barre
code barre