panier
Votre panier est vide
PPT éditions
L’art dans l’indifférence de l’art
Jean-Claude Moineau
10 novembre 2001
Textes / - L’art sans art - L’art contre l’ar - L’art hors de l’art - Y a-t-il quelque chose après la mort ? / L’art après la mort de l’art - Le peu d’art. «Le pire ennemi de l’art, ce n’est, contrairement à ce qu’a pu donner à croire la modernité, ni la vie ni le monde moderne ni la culture mass-médiatique moderne, autrement dit un hypothétique ennemi extérieur, c’est l’art lui-même, et ce pas seulement au sens où l’art aspirerait à sa propre fin.» Cette édition propose de mettre en perspective une série de textes qui s’enchaînent autour d’un questionnement et d’une expérimentation de la notion d’art (de l’art institutionnalisé à l’«art sans art»), s’appuyant sur la relecture des projets modernistes, avant-gardistes et postmodernistes pour venir appréhender les pratiques contemporaines. Ces écrits réunis, apparaît la persévérance d’une réflexion ainsi qu’un stimulant effet de suite, chaque texte semblant défier des impasses. Jean-Claude Moineau nous livre une idéede l’art (toujours en évolution, en déplacement), sans la définir, sans en donner de clef, en même temps qu’elle semble se confondre avec son écriture même. Ses textes gagnent une dimension de véritable performance, jouant des limites de l’art et de l’institution artistique comme de celles du lecteur (sans pour autant jouer d’un vocabulaire universitaire par trop théoriciste). Cultivant un principe de remise en question permanente, une certaine ténacité à s’attaquer à l’art et aux diverses thèses émises à son sujet, cette entreprise pourrait finalement être considérée comme une «réactivation» de l’art, sans qu’elle n’impose pour autant ni ligne à suivre, ni doctrine salutaire. Théorie, philosophie de l’art, manifeste, projet d’artiste... ? Ces écrits empruntent à tous ces genres, sans pouvoir se classer en une rubrique rassurante. Globalement le travail de l’auteur n’est pas guidé par l’art, une idée ou une préoccupation de l’art, mais avance plutôt sur un mode ouvert qui peut «rencontrer» ou non l’art : mode d’approche comme pour laisser à l’art toute sa liberté, et par là à son auteur et à son lecteur aussi... Premier titre d’une série qui regroupera des écrits à la croisée des genres. Des écrits qui inventent un parcours libre où il est question d’art (mais pas nécessairement), de ce qui fait art, des cadres et contextes d’intervention et de production, etc. sans dogmatisme, en laissant à l’art son «irrépressibilité», son évanescence. Images et textes associés sur un même plan pour un univers étrange évoquant notre culture audiovisuelle et virtuelle où assurances et repères culturels se troublent en se parant de fonctions décalées. «Étrangement seulsutilise une forme néo-fictionelle pour ouvrir un territoire sémantique glissant. Ce roman est d’un ordre non métaphysique, il ne produit pas de représentation : c’est un échappatoire en spirale. Il agit à l’échelle de la forme, par découpage et agencement de blocs de sens, et non à l’échelle des signes. [...]» (J-P. P.) [www.jppclub.com] «Étrangeté littéraire.Imaginez un récit d’apparence classique parasité par des phrases de type théorique, parfois incompréhensibles, fondues dans l’histoire tout en en interrompant le cours. Des interférences qui perturbent le sens et produisent des confrontations surréalistes générant stupeur et amusement.» (Paris-art.com) «... de l’essai aux soap operas, de la science-fiction au Situationnisme, pouvoir et valeur dans un monde de feuilletons télé, une plongée dans le cauchemar médiatique, Baudrillard à la sauce Nous Deux, l’artefact et le déni de la réalité, le clonage improbable entre Clément Rosset et M.Spock...» «La bande image participe de la même incertitude, du même malaise comme un sitcom glacé, vu au travers d’un corps gras.» (Revue & Corrigée) ÉPUISÉ

 

0 commentaire

tag(s)
Art Essai PPT éditions Moineau, Jean-Claude partager

INFORMATIONS
langue Français
13.7x18cm
144 p.
poids 208 g.
isbn 978-2-951760-60-8
code barre
code barre