panier
Votre panier est vide
Poursuite éditions
Nos feux nous appartiennent
Marine Lanier, Emmanuelle Pagano
17 octobre 2016
Nos feux nous appartiennent réunit différentes séries qui se font écho depuis 2006. Ce montage explore le thème du clan, et dans son prolongement, l’idée d’appartenance, par les récits qui le façonnent, les imaginaires lointains auxquels les légendes familiales nous renvoient.
28 EUR
+ expédition
AJOUTER AU PANIER

 

Que signifie alors sortir du clan — dans le même mouvement se réconcilier, afin d’approcher un troisième lieu ? Le clan, mot d’origine gaélique, évoque la famille. Il est également en relation avec la plante, et nous parle ainsi de rameau, de racine, de ramifications, fragments qui reviennent de manière obsessionnelle.
Je viens d’une famille de jardiniers, paysagistes, pépiniéristes, horticulteurs, fleuristes. Depuis cinq générations, les hommes de ce clan organisent l’espace, cherchent à le maintenir, à le discipliner. Ils taillent les arbres, charrient les déchets, les brûlent, surveillent les feux, transportent les racines à l’arrière des remorques, ratissent les feuilles de cours pleines de graviers, plantent des haies vives, livrent des fleurs, habillent les enterrements, les baptêmes, les anniversaires, les mariages, participent à tous les rituels qui donnent forme à une vie. L’odeur de l’eau des fleurs est une chose qui saisit la famille. un parfum qui nous sidère. c’est un écho de fleurs fanées, de mousses vertes, de tiges coupées au sécateur, de sève entière qui se répand.
Le feu, pivot de cette construction — élément catalyseur à forte charge symbolique, doit être entendu ici comme figure de ralliement. Les paysages d’Arménie sont de grands déserts calcinés de chaleur. des points de vue militaires dépeuplés de l’événement guerrier. des lieux de tirs et de guet. des endroits d’où l’on fait feu. il y a le visage de mon frère recouvert de suie.
La main d’un vigneron blessée, carbonisée par le frottement de la matière sur sa peau, réceptacle du dehors; le déroulement d’un brasier de sa naissance à son extinction, les serres familiales envahies par une végétation luxuriante originaire de l’hémisphère sud, sèche, brûlée sur des hectares évoquant la fuite des boat people depuis le Vietnam. Quelque chose nous happe — une fulgurance jaillit sur nos visages, une ombre recouvre nos peaux. La chaleur nous retient au bord du cercle. Le feu nous enveloppe de son odeur âcre, forte, charnelle, définitive. Le brasier est un aimant, lumineux, brillant, aux facettes qui se tordent dans le brouillard autour. on se tient en silence, hypnotisés par la hauteur des flammes. au- delà des joies, des drames, du temps qui passe, des récits antiques, des mots qui s’arrachent eux-mêmes à la vie. tout se déroule dans l’immédiateté de l’élément. Nous savons qu’il n’est plus nécessaire d’appeler, de vouloir habiter l’absence de paroles, de crier dans l’obscurité. Nous imaginons la beauté de ce qui est indicible, l’étrangeté de l’innommable, les espaces ouverts de ce qui est impensable, les lointains tragiques de ce qui échappe, fuit, circulent à travers nous.
0 commentaire

tag(s)
LITTéRATURE PHOTOGRAPHIE Poursuite éditions Lanier, Marine Pagano, Emmanuelle partager

INFORMATIONS
langue Français
21.5x28.5cm
80 p.
poids 525 g.
isbn 978-2-918960-93-5
code barre
code barre