panier
Votre panier est vide
Médiapop éditions collection Sublime
De Buffalo Bill à Automo Bill
Bernard Plossu, David Le Breton
10 mai 2012
Bernard Plossu parcourt l’Ouest américain de 1966 à 1985. Du Nouveau Mexique à la Californie, via le Nevada, l’Utah, l’Arizona, il photographie les signes, signaux, néons, panneaux et façades sur lesquels apparaissent cowboys et Indiens le long des routes qui traversent le désert. Par dérision, il appelle la série « De Buffalo Bill à Automo Bill ».
16 EUR
+ expédition
AJOUTER AU PANIER

 

Sous le regard amusé du photographe, les anciens ennemis, le cowboy, avec ses colts à la ceinture et son chapeau, et l’Indien, avec son tomahawk et sa coiffure en plumes, se livrent désormais une guerre commerciale en étant investis comme enseignes de boutiques rivales.

Selon David Le Breton, ces photographies témoignent de la nostalgie inguérissable d’un monde amérindien disparu dont Bernard Plossu a longtemps rêvé. L’ombre des populations indiennes ayant vécu dans sa proximité continue à hanter le désert. Il y a là dans ces rochers et dans la nostalgie de la mesa, l’image possible d’une existence où la fêlure serait atténuée, où une hospitalité serait enfin pensable. Mémoire d’un monde sans séparation mais voué au dépouillement, à l’essentiel, à l’élémentaire.

---
Photographies de Bernard Plossu
Texte de David Le Breton
Bernard Plossu, né le 26 février 1945 à Đà Lạt, au Sud du Viêt Nam, est un photographe français. La plus grande partie de son travail est constituée de reportages de voyages.

De 1951 à 1962, Bernard Plossu étudie à Paris. Il commence la photographie très tôt : en 1958, il voyage au Sahara avec son père, muni d’un Kodak Brownie Flash, et, en 1965, part pour le Mexique dans le cadre d’une expédition britannique pour photographier la jungle du Chiapas. S’ensuivent de nombreux reportages en couleurs chez les indiens Mayas, en Californie, dans l’Ouest américain, le Nevada, le Midwest.

En 1970, il réalise un travail sur l’Inde, où naît l’idée d’une photographie « surbanaliste », qui, à l’instar du surréalisme mais de manière moins romantique, révèle une intensité immanente à la banalité.

Plossu continue à voyager énormément, réalisant de nombreux reportages couleurs, et, en 1975, effectue son premier voyage au Niger. Dès lors, il ne fait plus que des photos en noir et blanc prises avec une focale de 50 mm pour se placer en marge de la photographie commerciale. Il participe à l’aventure de Contrejour avec Claude Nori qu’il retrouve à la fondation des Cahiers de la photographie avec Gilles Mora, Jean-Claude Lemagny et Denis Roche.

En 1978 naît son fils Shane, qu’il photographie aussi régulièrement. En 1983, il commence à peindre et à travailler avec l’agence Fotowest. Son deuxième fils, Joaquim, naît en 1986 et sa fille, Manuela, en 1988.

En 1987, grâce à l’institut français de Naples, Plossu effectue un séjour photographique dans l’île Stromboli (Îles Éoliennes). L’année suivante, il s’installe dans l’île Lipari avec Françoise Nunez, rejoint ensuite par d’autres photographes. Auparavant, il a réalisé une série d’images de l’archipel éditée par Arte.

Entre 1987 et 1999, il était au Portugal. En 1998 et 1999, il a eu deux expositions en Portugais Photographie Centre - Centro Português de Fotografia, le bâtiment de l’ancienne chaîne et la Cour de Porto - antiga Cadeia e Tribunal da Relação do Porto, avec des photos sur la région métropolitaine de Porto et du Portugal, respectivement intitulé « Port » et « Pays de la Poésie », ce qui a entraîné catalogues avec le même titre.

En 2012, une exposition est consacrée à son voyage au Mexique en 1965. Présentés au musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon, plus de 200 clichés sont mis en avant, révélant la rencontre du photographe avec l’objet photographié. Plossu dira que ce voyage lui a permis de trouver son style, de forger sa vision. Ses instantanés relèvent donc plus de photographies personnelles, comme des souvenirs de voyage, souvent sans légende, prises au gré de son errance, sans chercher à dénoncer ou à montrer quelque chose.

David Le Breton est professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg. Membre de l’Institut Universitaire de France. Il est l’auteur notamment de Anthropologie du corps et modernité (PUF), Du silence (Métailié), Éloge de la marche (Métailié), La saveur du monde. Une anthropologie des sens (Métailié), Marcher. Éloge des chemins et de la lenteur (Métailié), Éclats de voix. Une anthropologie des voix (Métailié)…
0 commentaire

TÉLÉCHARGEMENT PDF
Dossier de presse
228.36 kB
tag(s)
amérindien cowboys Essai Indiens Photographie États-unis Médiapop éditions Le Breton, David Plossu, Bernard partager

INFORMATIONS
langue Français
12x18cm
96 p.
poids 165 g.
isbn 978-2-918932-06-2
code barre
code barre