panier
Votre panier est vide
Médiapop éditions collection Ailleurs
Raqa
L’histoire n’est encore qu’un regard d’enfant
Christophe Fourvel
15 novembre 2011
Un enfant se saisit d’un appareil photographique pour la première fois à Raqa, durant l’été 2010 et cadre des visages dans la rue. Il s’amuse parfois à en rogner une partie. Cette situation et la fiction qui va peu à peu en naître est encore un brouillon. Les visages montrés ici respiraient tous l’air commun d’un seul bout de rue. Il y a de cela treize mois. Ils de croisaient, s’apercevaient. Le drame syrien n’est pas encore perceptible parmi ces présences qui absorbent notre regard. Il est ici un film transparent, le faisceau d’une intention dont nous choisirons sans doute de recouvrir ces photographies; un casting. Car regardons encore : les visages disposés sous nos yeux sont ceux de manifestants, de policiers, d’indics, de chabbihas (1), de mukhabarats (2), de victimes : de rebelles, d’indifférents, de pleures, de torturés. Mais aucun des costumes n’est encore endossé. Chacun est le personnage qu’il sera bientôt mais dans la plus grande discrétion.
9 EUR
+ expédition
AJOUTER AU PANIER

 

L’enfant sait-il de quel côté de l’Histoire vont tomber les visages qu’il fixe ?

---
Texte de Christophe Fourvel
Photographies de "l’enfant au polo rouge"

(1) Miliciens civils
(2) Membres de la police secrète syrienne
Je suis né en 1965 à Marseille. En 1991, j’abandonne une thèse en neurophysiologie et travaille (quelques mois) au Centre International de Poésie de Marseille avant de devenir libraire (quelques années) à Brignoles dans le Var. Je vis à présent dans le Doubs (depuis quinze ans), terre de compromis géographique entre le Vieux Port et l’île Gotland, dans la Baltique, que j’affectionne particulièrement. Jusqu’en octobre 2006, je travaille comme chargé de mission au Centre Régional du Livre de Franche-Comté, à Besançon. Je m’y suis plus particulièrement occupé de la création et de la rédaction d’une revue littéraire, Verrières, avant de tenir à jour le site Internet de la structure.
De septembre 2006 à juin 2008, je travaille en collaboration avec le théâtre Le Granit, Scène nationale de Belfort et ai en charge des ateliers d’écriture en milieu scolaire ainsi qu’au sein du théâtre, auprès d’un public adulte. Depuis, toujours en tant qu’écrivain-animateur d’ateliers d’écriture, j’interviens régulièrement dans d’autres théâtres (L’Allan, Scène Nationale de Montbéliard, Les Scènes du Jura-Scène nationale, Le Grand R-Scène nationale La Roche-sur-Yon...), de nombreux établissements scolaires (de la maternelle au supérieur), diverses structures comme les prisons (Maison d’arrêt de Besançon), les hôpitaux psychiatriques (C.H.S. Saint-Ylie), les musées (Musée des Beaux-arts de Besançon), les Centres de long séjour, les M.J.C…Au printemps 2012, j’obtiens une bourse du Conseil Régional de Franche-Comté pour l’écriture d’un roman, intitulé « Le Mal que l’on se fait », paru en janvier 2014 aux éditions La Fosse aux Ours. Ce roman est sélectionné pour le Prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle en Île-de-France 2014/2015 ainsi que pour le prix Marcel Aymé 2014.
CF
0 commentaire

TÉLÉCHARGEMENT PDF
Dossier de presse
130.64 kB
tag(s)
Littérature Photograohie Raqa Syrie Médiapop éditions Fourvel, Christophe partager

INFORMATIONS
langue Français
12x18cm
48 p.
poids 60 g.
isbn 978-2-918932-05-5
code barre
code barre