panier
Votre panier est vide
Éditions GwinZegal
Fifty-Fifty
Samuel Gratacap
15 juin 2017
J’arrive en Libye pour la première fois en décembre 2014. Ras-Jedir, à la frontière tunisienne, puis la ville de Zuwara, connue pour les départs et naufrages des bateaux de migrants qui partent pour l’Italie. Ceux qui vivent le fifty-fifty : la mort ou la vie. À Zuwara je rencontre Younes, 26 ans, ingénieur en télécommunication, devenu fixeur pour journalistes. Lors de notre première rencontre, Younes me pose une question à la fois bouleversante et pertinente : « Tu es là pour les migrants ou pour la guerre ? » Bouleversante car elle démontre les intentions des médias et l’intérêt qu’ils portent à l’égard de son pays. Pertinente, directe et sans détour car elle pose le contexte : une dissociation est-elle possible entre la guerre et le sort des migrants ? Le livre Fifty-Fifty conduit le spectateur dans un récit où se rejouent les rapports de visibilité et d’invisibilité entre des personnes qui cohabitent et se rencontrent pour le meilleur et pour le pire._Samuel Gratacap
20 EUR
+ expédition
AJOUTER AU PANIER

 

Depuis 2007, Samuel Gratacap mène une recherche sur la représentation des enjeux géopolitiques nord-sud, sud-sud, et des espaces transitoires sur la carte des routes migratoires dans l’espace méditerranéen.

Son travail d’investigation et d’immersion s’articule autour de l’image photographiée et filmée. Gratacap a déjà concrétisé plusieurs projets photographiques dans des zones de transit, notamment dans le centre de rétention administrative de Marseille (2007-2008), sur l’île de Lampedusa (2010).

Il vit depuis trois ans entre la France et la Tunisie et a effectué un premier séjour en Libye fin 2014. Après avoir réalisé un projet dans le camp de réfugiés de Choucha (Tunisie, 2012-2014), il débute à présent un travail photographique en Libye, dans les prisons et les lieux informels d’attente du travail.

Né en 1982 en France, Samuel Gratacap est diplômé de l’Ecole supérieure des beaux-arts de Marseille (2010). Il est lauréat d’une bourse du CNAP en 2012 (fonds d’aide à la photographie documentaire contemporaine) puis du prix Le Bal-ADAGP de la jeune création en 2013. Ses œuvres ont été présentées à de nombreuses occasions, comme ‘Les naufragé(e)s’ à la Biennale des photographes du monde arabe contemporain au Musée de l’IMA à Paris, ‘La Chance’ au Centre Régional d’Art Contemporain au Festival Image Singulières à Sète (France), ’Empire’ au MUSA (Museum Startgalerie Artothek) à Vienne (Autriche)… En 2017 son exposition/installation ‘Fifty-Fifty’ est présentée au Festival des Rencontres de la Photographie d’Arles.

Samuel Gratacap
est représenté par la galerie Les filles du calvaire
0 commentaire

tag(s)
Guerre Libyie Migrants photographie Réfugiés Éditions GwinZegal Gratacap, Samuel partager

INFORMATIONS
langue Français
37 x 60 cm
28 p.
poids 360 g.
isbn 979-10-94060-20-9
code barre
code barre