panier
Votre panier est vide
Éditions GwinZegal
404
Navigation poems
Carine Krecké
10 janvier 2016
Le point de départ de ce projet conceptuel a été une investigation que les artistes ont menée au fil de trois années de navigation dans l’espace cartographique GSV, à la recherche d’indices d’une affaire criminelle hors normes (jamais résolue), médiatisée sous le nom de « féminicide de Ciudad Juárez ». Elles ont constitué, par capture d’écran, un atlas d’images susceptibles de témoigner de la violence de ce lieu.
8 EUR
+ expédition
AJOUTER AU PANIER

 

Or, d’emblée, cette archive photographique était condamnée à la clandestinité, car ces images du monde, alors qu’elles sont librement et universellement accessibles sur internet, sont protégées par copyright et donc interdites de diffusion en dehors de la plateforme Street View. Plus spécifiquement, il s’agissait d’explorer différentes stratégies pour faire « parler » ces images interdites, malgré tout. Une stratégie consistait à écrire les images en question. Relater ce qu’on voit lorsqu’on parcourt virtuellement les routes de Ciudad Juárez, tel a été le protocole forcément contraignant de leur recueil de poésie expérimentale (intitulé Navigation poems) qui prendra une place importante dans l’exposition.
Carine Krecké fréquenta les écoles primaires de Vianden et Putscheid. Après son bac au Lycée classique de Diekirch, elle étudia de 1986 à 1993 les sciences économiques à l’Université d’Aix-Marseille III, des études qu’elle conclut avec un doctorat. De 1989 à 2003, elle fut enseignante-chercheuse dans différentes fonctions au sein du département d’économie de l’Université d’Aix-Marseille et du Centre universitaire de Luxembourg. Elle publia de multiples contributions dans le domaine des sciences économiques et sociales, p.ex. Cognition and Economics (Oxford 2007).

En parallèle, elle fit de 1999 à 2006 des études d’Arts plastiques et sciences de l’art à l’Université de Provence. Dans sa thèse de doctorat Nouveaux visages de l’image, elle analyse la question du statut de la photographie dans l’ère de la virtualité technologique. De 2003 à 2006, elle obtint une bourse de recherche du Ministère de la culture, de l’enseignement supérieur et de la recherche du Luxembourg. Depuis 2006 Carine Krecké est artiste-photographe indépendante ; elle travaille aussi avec sa sœur jumelle Elisabeth Krecké. Elle participa à des expositions individuelles et collectives, notamment à Photographies fictives au Casino Luxembourg (2003) et Paris Photo au Carrousel du Louvre à Paris (2007). Le livre accompagnant l’exposition Dakotagate, publié par les deux sœurs, combine du matériel photographique et documentaire assemblé de manière subjective et partiellement fragmentaire. Ce projet artistique et littéraire, qui est conçu comme une "enquête", se réfère aux éléments géographiques, historiques et narratifs de plusieurs faits dramatiques qui se sont produits au sein de la réserve indienne de Pine Ridge, dans l’État du Dakota des années 1970.
Carine Krecké fut récompensée à quatre reprises au Concours littéraire national : en 2006 avec le 3ème prix pour la pièce de théâtre inédite Rien à dire, une pièce montée en 2008 en tant que lecture scénique au Théâtre des Capucins à Luxembourg. En 2008, elle reçut 1er prix pour la chronique de voyage Retour au point de non-retour. Il s’agit d’une traversée d’est en ouest des Etats-Unis de l’ère G.W. Bush par une photographe se trouvant dans une situation de crise de création. C’est un voyage fictionalisé de New York à Los Angeles, sur les traces du photographe suisse Robert Frank, qui voyagea en 1955-1956 avec sa caméra à travers les Etats-Unis afin de produire une collection de 83 photos représentatives (Les Américains). L’art photographique, des films et des livres d’artistes américains sont pour ainsi dire le fil conducteur du voyage littéraire. En 2015, elle obtint le 3ème prix pour le recueil de poèmes inédit en langue anglaise Navigation Poems.

Pour le roman Syncope, qu’elle a publié avec sa sœur Elisabeth, Carine Krecké fut récompensée par le 3ème prix du Concours littéraire national 2010. Il s’agit d’un texte qui traite d’art et de science, et qui se réfère à des thématiques et motifs des romans Les Buddenbrooks et La Montagne magique de Thomas Mann. En 2016, elle fut sélectionnée pour une résidence d’artiste de trois mois à Cité internationale des arts à Paris.

Avec le recueil de poésie 404, un titre qui réfère au code d’erreur du protocole http propre à internet, qui signifie un contenu non attribuable sur un serveur. Ce projet de livre mets en mots la visualisation par l’auteure au cours d’une période de plusieures années de séquences d’images disponibles sur Google Street View de la ville frontalière mexicaine Ciudad Juárez, une ville qui est notamment connue pour sa statistique criminelle importante et des conditions de vie difficiles. Ce recueil offre ainsi un engagement linguistique et artistique avec des réalités, qui se déroulent au-delà du cosmos virtuel et visuel de Google Street View. Dans le cadre de ce projet conceptuel des sœurs Carine et Elisabeth Krecké, a lieu en 2016 au Centre national de l’audiovisuel une exposition qui porta le titre „404 NOT FOUND“. En 2015, Carine Krecké reçut le 3ème prix du Concours littéraire national pour Navigation Poems.
Pascal Seil
0 commentaire

tag(s)
Littérature Poésie Éditions GwinZegal Krecké, Carine partager

INFORMATIONS
langue Anglais
16x20cm
156 p.
poids 265 g.
isbn 979-10-94060-13-1
code barre
code barre