panier
Votre panier est vide
Éditions GwinZegal
Claude Batho
Claude Batho, François Cheval
10 octobre 2014
Maintenant que le temps s’est défait, on peut revoir sereinement les photographies de Claude Batho. Il y a dans ce rassemblement, qui n’a rien d’épars et d’hasardeux, un sentiment de durée au-delà des limites d’une vie. L’œuvre a singulièrement bien vieilli. On aimerait tant qu’elle et ses proches se retrouvent dans le nouveau portrait établi ici, plus de trente ans après sa disparition. Car tout paraît simple dans ces images. La photographie s’est voulue la copie conforme de la vie familiale ; une pratique empreinte de tendresse, faite de gestes quotidiens et humbles : quand les images s’attachent à une « réalité » pratique jamais très loin du songe.
30 EUR
+ expédition
AJOUTER AU PANIER

 

[…] Tel est l’effort instinctif de la photographe qui s’ingénie à discerner dans des figures nettes la beauté informelle du monde. C’est son grand mérite. Elle ne se décerne aucune vertu spécifique, ne s’accorde aucun privilège. Elle ne crée aucune situation originale qui ne soit en dehors du réel. Mais elle fait de l’acte photographique un objet original parce que claudiquant, en porte-à-faux. Spectateur, on se reconnaît dans ces images alors que l’objet restera à jamais unique. Le sort d’une photographie réussie est là. Tout est vrai et rien ne l’est. Cet univers unique et autonome a ses propres lois. Il s’impose à nous de telle sorte qu’on ne puisse le discuter.
Cet état que l’on veut protéger précède la catastrophe. L’avenir est une menace. Saisir un cadrage, c’est examiner ce qui nous appartient et dont on ne veut être dépossédé. Ce qui nous est en propre, ce sont ces objets dans leur disposition. Ils se tiennent en eux-mêmes et dans leur différence, ils sont un autre nous. De leur usage, on s’en moque. Leur sens nous échappe. Leur nudité seule importe. Par ce qu’ils convoquent, ils dépassent leur fonction utilitaire pour être simultanément chose et idée. Les objets entrevus portent en eux l’image ancestrale de l’offrande. Il n’y a guère de photographie qui ne soit pas un rituel, un hommage rendu quotidiennement aux puissances vitales.
Par là, Claude Batho se place non face à la nature mais en son centre. Elle pense l’acte photographique dans un face à face avec la perte, sans nostalgie, dans un camaïeu de gris mélancolique.
Extrait du texte de François Cheval

Avec le soutien du Centre national des arts plastiques, ministère de la Culture et de la Communication.
Claude Batho (née Claude Bodier le 1er juin 1935 à Chamalières et morte septembre 1981) est une photographe française.

François Cheval est né en 1954, formé à l’histoire et à l’ethnologie, il est conservateur de musée depuis 1982, successivement dans le Jura et à la Réunion. De 1996 à 2016, il dirige le musée Nicéphore-Niépce à Chalon-sur-Saône, où il entreprend de débarrasser la photographie de ses présupposés et de présenter l’originalité du « photographique » à travers une muséographie et un discours renouvelés. Il a notamment pris l’initiative de rétrospectives remarquées et défend une jeune photographie exigeante. Commissaire de plus de cent expositions, François Cheval s’attache à remettre en cause dans chacune d’elles les certitudes de l’histoire de la photographie, en créant des moments de découverte, de plaisir, d’interrogation et de surprise.

"Je n’ai eu de cesse de rappeler ces dernières années que j’étais né un an après la mort de Staline et quelques mois après la défaite de Diên Biên Phû, en 1954 donc, sous le double signe de l’anti-stalinisme et de l’anti-colonialisme. Des études de sociologie et d’anthropologie, et une pratique politique, dans les années 1970, ne m’avaient pas préparé directement au métier de conservateur de musée. Et le cours des choses s’étant modifié, par la volonté de la gauche au pouvoir, je suis rentré dans le corps des conservateurs ; mais à bien y regarder ce que j’ai appris hors et dans l’université a, je crois, déterminé ma pratique."
0 commentaire

tag(s)
journal intime Monographie Noir et blanc Photographie Éditions GwinZegal Batho, Claude Cheval, François partager

INFORMATIONS
langue Français - Anglais
23x26cm
86 p.
poids 620 g.
isbn 979-10-94060-01-8
Couverture toilée
92 pages en Bichromie
code barre
code barre