Éditions Tinbad

Tinbad-chant


auteurs titres
Guillaume Basquin
(L)ivre de papier

Tinbad-essai


auteurs titres
Guillaume Basquin
Jacques Henric entre image et texte
Cyril Huot
Le rire triomphant des perdants

TINBAD-POESIE


auteurs titres
Christophe Esnault
Mythologie personnelle
Tristan Felix
Observatoire des extrémités du vivant
Perrine Le Querrec
Ruines - à paraître

Tinbad-revue


auteurs titres
Collectif Les Cahiers de Tinbad N°01
Collectif Les Cahiers de Tinbad N°02
Collectif Les Cahiers de Tinbad N°03

Tinbad-roman


auteurs titres
Jacques Henric
Carrousels
Jacques Cauda
Comilédie
Marc Pierret
Conte à rebours - à paraître
Cyril Huot
Le spectre de Thomas Bernhard
Bernard Sarrut
Lettres à l’inconnu(e)

Éditions Tinbad (site internet)

He rests. He has travelled. With? Sinbad the Sailor and Tinbad the Tailor and Jinbad the Jailor.
James Joyce, Ulysses, 1922.


On trouve cette assonance de Sinbad (le Marin) dans une suite de jeux de mots dans Ulysses de James Joyce, livre exemplaire de l’écrivain qui a poussé le plus loin les recherches en modernité formelle dans la Littérature. Oui, les avant-gardes sont défaites et défuntes, tout le monde a abandonné ce combat-là ; mais on peut encore en raconter l’histoire, sans se contenter pour autant de « mâcher les reliques du savoir » comme disait Laurence Sterne dans son Tristram Shandy. Nous nous sentons une cause commune avec les premiers Cahiers de l'Herne : la remise au goût du jour de la création littéraire la plus contemporaine ; aussi lancerons-nous une revue, irrégulière, qui sera un atelier pour les futures publications : Les Cahiers de Tinbad. Nous publierons aussi des essais très littéraires et personnels sur les ultimes œuvres s’inspirant de la dernière avant-garde littéraire, « Tel Quel ». Comme nous estimons que les deux décennies s’étalant entre 1910 et 1930 (Futurisme, Dadaïsme, Surréalisme, Proust, Joyce) constituent la période la plus féconde en modernismes de notre Histoire – et que c’est donc de là qu’il faut repartir –, nous ne nous interdirons pas de publier des œuvres inclassables qui seraient au croisement de la poésie et du roman moderne : un violent « je » autobiographique sera recommandé et même essentiel. Notre cap : la littérature contrainte et le « Carré noir » en Littérature. Une seule certitude : pas de romans-« chromo » ! Vieilles anecdotes... Que Tinbad fût tailleur ne nous déplaît pas, car nous voyons, après Proust et Jean-Jacques Schuhl, « la couture comme métaphore du travail textuel : patrons, ciseaux, colle, machine à coudre ».

Article Guillaume Basquin : « Nos livres ne sont pas des marchandises ! » de Fabrice Pastre, dans le magazine culturel Philitt, février 2016.

5 RUE DES BEAUX-ARTS
75006 PARIS
FRANCE
T. 06 64 97 68 82