panier
Votre panier est vide
auteur(e)
Vasconi, Laure
résultat(s) x 1

fermer
Dans les images de Laure Vasconi, (pas devant comme un regardeur mais bien dedans, comme un infiltré) je retrouve toujours l’énigme de la représentation, l’étrangeté et l’incertitude du réel. Est-ce joué ? Est-ce achevé ? Non bien sûr, mais que faire de ces indices, sont-ils un incipit ou la lente extinction de la dernière image avant le mot fin ? Le plus évident n’est-il pas un pur leurre ? Le plus insaisissable, filé entre reflets, lumières passantes, mouvements et effacements n’est-il pas le plus vrai ? Le fugace peut durer plus longtemps que l’éternité qui n’a pas de durée et le masque peut révéler davantage que la mise à nu.
Dans ses images, comme dans celles précédentes d’ombres familières sorties de quelques films, d’icônes fragiles, de pouvoirs révolus ou de rêves petits bourgeois enluminant les « Merry Christmas » de Los Angeles, Laure Vasconi poursuit son travail de décryptage, son errance décodeuse d’écrans, de bars, de nuit, de solitude, de rencontres, de « souvenirs du futur » ou d’espoirs du passé, entre projet et projections, dans des « cinémas en ville » ou des « fictions intimes ». Elle dit d’une écriture tremblée la singularité et la fraternité d’un regard toujours en éveil courant et parcourant. Il ne peut pas y avoir de relâche. Y aura-t-il jamais un point fixe ? François Barré

Laure étudie l’architecture (UP8 Paris-Belleville) puis la photographie à ICP (New York), assiste de nombreux photographes de l’agence Magnum, obtient une bourse de l’AFAA (Cultures France) pour son premier ouvrage paru aux Editions Filigranes « Souvenirs du Futur » dans le cadre d’un voyage en Russie.

Elle travaille pour la presse, pour les théâtres, anime des stages et des ateliers dans le cadre des Rencontres Internationales de la Photographie à Arles entre 2004 et 2008
et reprend en 2011. Elle expose régulièrement en France et à l’étranger et participe à de nombreux festivals.

→ site internet